Latest Posts

Inspiration

Aventures

Le road-trip optimal : 2 mois pour visiter 47 parcs nationaux américains

Envie de partir pour un road-trip de rêve aux États-Unis ? Laissez-vous guider par Randy Olson et son road trip « optimal » !

Traverser les États-Unis de la côte Est à la côte Ouest, en explorant tous les parcs nationaux du pays est un fantasme légendaire, un pèlerinage mythique pour tous les roadtrippers. Mais quand le temps manque et qu’il faut faire un choix, ce n’est pas une mince affaire…

Problème résolu ! Le scientifique Randy Olson (un poil aidé par son ordinateur) a identifié le meilleur itinéraire pour visiter les 47 parcs nationaux américains : il faudra compter deux mois et 23 000 kms à toute allure pour effectuer le parcours !

Évidemment, on parle ici de théorie. On vous conseille bien sûr de prendre votre temps, mais au moins, vous aurez la liste des parcs pour votre prochain road-trip !

 


 

©Sidi-Omar Alami

Créé le 25 août 1916 pour protéger les plus beaux sites naturels ainsi que la faune et la flore du pays, le National Park Service compte aujourd’hui plus de 400 sites et 59 parcs nationaux répartis sur tout le sol américain. À l’occasion de leur 100ème anniversaire et pour répondre à ce fantasme de road trip parfait, Randy Olson, un doctorant en informatique à l’université de Michigan State, a élaboré un algorithme déterminant le meilleur itinéraire pour visiter les parcs nationaux des Etats-Unis.

Après avoir utilisé cette méthode pour trouver Charlie le plus rapidement possible, et pour éviter de s’égarer sur les routes légendaires des Etats-Unis, il s’est attelé aux visites des parcs nationaux avec une seule règle : hors de question de se déplacer autrement qu’en voiture et de quitter le sol américain, éliminant ainsi du parcours les 12 parcs situés en Alaska et à Hawaii. Se faufilant à travers les méandres prolifiques de l’ami Google Maps et en écrivant quelques lignes de codes pour calculer la distance et la durée optimale entre chaque arrêt, Randy Olson a ainsi donné vie à un parcours optimal. Au programme de ce road trip de rêve, 47 parcs nationaux, 14,500 miles (23 000 km) et près deux mois de périple en roulant « à vitesse grand V ». Pour les moins névrosés du timing, comptez quelques semaines de plus…

Prêt pour ce road trip hors norme ? Voici la liste des lieux visités — libre à vous de choisir votre point de départ :

1. Grand Canyon National Park, Arizona

Il souffle ici comme un doux parfum d’Ouest sauvage. Sculpté par l’érosion millénaire du Colorado, le Grand Canyon, avec ses 1 500m de profondeur, est l’un des phénomènes géologiques les plus étonnants de la planète. Sur près de 445km, ce gouffre naturel rouge feu sillonne le Colorado et nous emporte 1,7 milliard d’années en arrière. Étape incontournable de tout road-trip dans l’Ouest américain, ce joyau de l’Arizona avec ses mythiques descentes en rafting et panoramas qui défient la description est aussi un haut lieu de randonnées.

©Andrew Charney

2. Petrified Forest National Park, Arizona

Painted Desert et Petrified Forest. Un seul et même parc connu sous le nom de Petrified Forest National Park. Au nord, on retrouve les couleurs incroyables des collines de Painted Desert, au sud, des centaines de troncs d’arbres fossilisés. Entre les deux, une route panoramique envoûtante qui permet de parcourir ce tout petit parc isolé au fin fond de l’arrière-pays. À noter : c’est le seul parc national traversé par la célèbre Route 66. Inutile de préciser qu’il est interdit de grapiller des morceaux de bois, les rangers veillent au grain…!

©Aaron Fortin

3. Saguaro National Park, Arizona

On le voit dans tout bon western qui se respecte, pourtant il ne pousse qu’ici, dans le désert de Sonora. Lui, c’est le cactus candélabre, affectueusement nommé Saguaro par les Indiens qui le considéraient comme sacré. Il faut dire qu’avec ses immenses branches, le géant de l’espèce a des allures quasi-humaines. Se dressant fièrement de tout son poids et son envergure (les plus impressionnants dépassent les 15 m et pèsent jusqu’à 10 tonnes), le Saguaro a forgé la réputation de ce parc.

4. Guadalupe Mountains National Park, Texas

S’il n’est ni très connu ni bien grand, ce parc sauvage et reculé, à la frontière du Nouveau-Mexique, peut se targuer d’abriter le plus haut sommet du Texas (2 667m). Étalées sur plus de 100km, les Guadalupe Mountains et leurs étendues rocheuses et verdoyantes font le bonheur des randonneurs en quête de tranquillité… qui ne saura être perturbée que par les va-et-vient des aigles royaux et faucons pèlerins !

5. Carlsbad Caverns National Park, Nouveau-Mexique

Dans les profondeurs du désert de Chihuahua se cache un dédale de beauté sous la surface de la terre. Des centaines de galeries à explorer, sculptées de stalactites, de stalagmites et autres formations datant de plus de 500 000 ans. Si on y vient pour ses immenses grottes et décors lunaires, d’autres y ont définitivement élu domicile : vous devrez partager la visite avec près d’1 million de mexican Freetail (des chauve-souris)…! Quand certains se lanceront dans le désert pour une randonnée mémorable, d’autres préféreront explorer la région en voiture le long du Walnut Canyon Desert Loop, une piste de gravier de 14,4km.

©Mary Gates

6. Big Bend National Park, Texas

Seul Parc National du Texas, créé en 1944, Big Bend doit son nom à la courbe du Rio Grande qui en délimite la frontière. Plus qu’un parc, Big Bend est une terre de brassage culturel, où fusionnent étendues désertiques, canyons ombragés et montagnes escarpées (les « Chisos »). Au cœur du désert du Chihuahua,  vous entrez ici dans le territoire des ours noirs, des lions des montagnes et cochons sauvages.

©Hillary Fierce 

7. Hot Springs National Park, Arkansas

Dans la vallée des montagnes Ouachita, on vient se détendre les lombaires, en profitant des 47 sources thermales qui font la renommée de Hot Springs, aka le “spa américain ». Pour faire trempette, direction les Bath House ! Il y a quelques 14 000 ans de cela, les Amérindiens se ruaient dans la région pour les bienfaits de ces bassins et aujourd’hui encore, il n’est pas rare de croiser des américains remplir des bouteilles entières de cette eau si pure. Et on voit déjà venir les sensibles de l’odorat : ici, aucune odeur de souffre !

8. Mammoth Cave National Park, Kentucky

À cheval sur les comtés d’Edmonson, de Hart et de Barren, le parc national de Mammoth Cave abrite le plus grand réseau de cavernes et de galeries souterraines naturelles du monde. Avec plus de 456 km de galeries souterraines explorées dans l’enceinte du site, et au moins 128 km à l’extérieur, le parc est classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981 grâce à ses richesses géologiques et biologiques. Si vous êtes un peu claustrophobe, faites un tour dans les environs de ces splendides grottes, le parc offre de nombreux sentiers pédestres.

©Gary Berdeaux

9. Great Smoky Mountains National Park, Tennessee

Du vert, du vert à perte de vue… Le long de la colonne vertébrale des Appalaches, les Great Smoky Mountains s’étendent sur plus de 200.000 ha, à cheval sur le Tennessee et la Caroline du Nord. Avec ses forêts moussues et mystérieuses noyées de brume et ses impressionnantes chutes d’eau, c’est l’une des plus grandes zones protégées de l’Est des Etats-Unis. Sous couvert d’un tapis de nuages coincés entre les sommets des montagnes, on avance à travers les prairies de myrtilles sauvages, de villages de montagne en panoramas spectaculaires.

©wandernwill

10. Everglades National Park, Florida

Envahi par la mangrove, le parc des Everglades est un cours de biologie à lui tout seul ! Vieux de 6 000 à 8 000 ans, il couvre tout le Sud de la Floride et abrite un écosystème unique au monde. Les paysages de cet immense marécage subtropical peuvent paraître un peu plat, mais c’est avant tout pour protéger la biodiversité des lieux que le parc a été créé. Outre les crocodiles et autres joyeux alligators qui zonent sur ses rives, les Everglades abritent un patrimoine marin exceptionnel. Et qui dit marais dit… répulsif anti-moustiques ! On vous aura prévenus.

11. Dry Tortugas National Park, Florida

Au milieu de la mer des Caraïbes, quelque part entre Key West et Cuba, l’archipel de Dry Tortugas regroupe 11 îlots de sable paradisiaques. Uniquement accessible en hydravion ou en ferry, ce parc national ravira les fans de plongées qui pourront explorer en toute quiétude ses fonds marins et récifs coralliens. Au milieu de ces eaux cristallines, on savoure la douceur de vivre de ces paysages dignes de cartes postales.

12. Biscayne National Park, Florida

Dans la lignée des partisans du tuba-palmes, on prend le large à l’extrémité des Keys de Floride direction le parc National de Biscayne. Composé à 95% de fonds sous-marins, c’est le premier parc aquatique de Floride et l’un des plus populaires sites de plongée du monde. Et en barbotant dans ces eaux vert émeraude, on comprend vite pourquoi ! Une promenade dans la mangrove (la plus grande de la côte Est) sera peut-être l’occasion de fricoter avec un lamantin ou l’une des tortues de mer qui peuplent ces iles aux plages de sable fin.

13. Congaree National Park, Caroline du Sud

Au sud-est de Columbia, campe paisiblement la plus grande forêt laissée intacte dans le Sud des USA. Un dédale de rampe de bois nous mène au cœur du parc national de Congaree, puis on se fraie un passage entre les troncs de cyprès chauves pour explorer ce sanctuaire naturel. Ici et là, des serpents et araignées se faufilent entre les feuillages, et partout les arbres majestueux se reflètent sournoisement sur les eaux stagnantes des marais. Un paysage angoissant qui attire autant les touristes que les moustiques.

14. Shenandoah National Park, Virginia

À seulement quelques kilomètres de l’agitation de la capitale, on vient recharger ses batteries dans ce havre de paix au cœur des montagnes Blue Ridge. De plaines onduleuses en forêts luxuriantes, les points de vues s’enchaînent et les coups de coeur aussi. Depuis la Skyline-drive (169km), on file entre entre la soixantaine de sommets qu’abrite le Shenandoah National Park, de somptueuses meringues coiffées d’une brume bleuâtre, d’où le nom de Blue Ridge.

©mgshins

15. Acadia National Park, Maine

Les lacs d’eau douce, les gros rochers, les grands sapins, les petites plages de galets, les côtes sauvages et déchirées… S’il n’est pas bien grand, le parc national Acadia ne manque pourtant pas d’attraits. Le long de la côte de granit de l’île des Monts Déserts, on s’agrippe aux parois bordant la mer et on s’offre de belles sessions d’escalades à bloc tandis que d’autres iront explorer les collines verdoyantes et la douceur des sous-bois marécageux. Plus de 200 km de randonnées s’offrent aux marcheurs en tous genres.

©pathsihaveknown

16. Cuyahoga Valley National Park, Ohio

Arrivée en Ohio. L’occasion d’une escale dans ce parc longeant la rivière tortueuse de Cuyahoga. Dominant le lac Érié, le parc se parcourt le long de l’Ohio and Erie Towpath Trail, qui nous mènera paisiblement au coeur de cet oasis de verdure. Si la chute de Brandywine Falls (20 mètres) fait figure de starlette ici, les animaux sauvages et sites historiques ne sont pas en reste pour aguicher les visiteurs.

©ze_zakk

17. Isle Royale National Park, Michigan

Pour rejoindre cet écrin verdoyant lové sur le lac Supérieur, on prend le large en bateau (ou en hydravion!). Cap sur l’archipel des Isle Royale, terre des loups et des élans. Grande de 72 km sur 14, l’île (entourée d’environ 400 îlots) est parsemée de sentiers de randonnée, musardant entre forêts denses et étangs à castors. Sur le sentier du Greenstone Ridge Trail, on se hisse jusqu’au promontoire de Scoville Point. De là, on prend pleine mesure de ces paysages accidentés et sauvages et on savoure la douce solitude de cette région isolée.

18. Voyageurs National Park, Minnesota

Au nord du Minnesota, ce pays des 10 000 lacs, il est un région plantée de forêts de conifères, de baies spectaculaires et falaises dénudées. Un parc parsemé d’îles rocheuses, de criques et de grands lacs. Filant à travers d’épaisses forêts verdoyantes, on rejoint en canoë-kayak ces grandes étendues d’eau par d’étroites voies, dans le sillage des trappeurs francophones canadiens — appelés « voyageurs » — qui s’y rendaient autrefois pour la négoce de fourrures.

19. Theodore Roosevelt National Park, North Dakota

Entre ses canyons somptueux et ses plaines infinies, on comprend vite pourquoi cette terre de Dakota du Nord était si chère au président Theodore Roosevelt. S’il venait y chasser le bison, il est surtout tombé sous le charme de ses paysages accidentés aux formations rocheuses multicolores. Ils lui ont inspiré le US Forest Service, à l’origine de la politique de protection de l’environnement actuelle. Aujourd’hui encore, on y vient pour observer  — de loin si possible — ces fameux bisons, élans et chiens de prairies, mais aussi pour contempler la pureté de son ciel.

20. Badlands National Park, Dakota du Sud

Au cœur du Dakota du Sud, on pénètre ici sur une terre d’extrêmes. Les buttes ondoyantes et colorées des Badlands s’atteignent au prix d’une longue traversée sous un ciel infini. De part et d’autres, la vallée, quasi lunaire, étend elle aussi ses immensités. Quand soudain, surgit de nulle part cette bande rocheuse abrupte et rugueuse, comme une plaie béante entaillant la vallée sur plusieurs centaines de kilomètres. Ces flancs rocheux, buttes et pinacles grignotés jour après jour par la rivière Red Deer sont aussi riches en fossiles et vestiges paléontologiques

©savannageon – Website

21. Wind Cave National Park, South Dakota

Dans le sud-est du massif des Black Hills, nichée au coeur d’une plaine d’herbes sauvages et d’une forêt de pins, la Wind Cave est un défi pour quiconque souffre d’une mauvais sens de l’orientation. On vient ici pour explorer les 195 km de passages identifiés de cette immense caverne de calcaire et écouter les hurlements du vent qui s’y engouffrent. Mais aussi pour observer les allers et venues des troupeaux de bisons aux poils longs !

22. Rocky Mountain National Park, Colorado

Randonneurs, vous voilà arrivés au paradis. Avec ses 570 kilomètres de sentiers balisés, ce symbole des mythiques Rocheuses, avec ses espaces vierges et sauvages, est du genre à donner le vertige. Avec ses hauts sommets perpétuellement enneigés, ses glaciers éternels et lacs à l’eau cristalline, ce paysage montagnard majestueux est sans doute ce qui se fait de mieux dans le Colorado pour la randonnée et le « backcountry » (la randonnée avec bivouac). Cet immense espace sauvage et éminemment protégé est aussi devenu un haut lieu de l’escalade.

23. Great Sand Dunes National Park and Preserve, Colorado

Si notre Dune du Pyla nationale n’a rien à leur envier, les Great Sand Dunes, paisiblement nichées au pied des montagnes rocailleuses Sangre de Cristo, peuvent se targuer d’être les plus hautes dunes de sable du continent Nord-Américain. Tel un mirage au milieu des plaines du Far West, cette mer de sable fin semble surgir de nulle part. Entouré de pics enneigés, ce petit désert n’est qu’une partie du parc qui possède pas moins de six sommets de plus de 3900m d’altitude, des prairies aux allures de toundra, des lacs alpins, des forêts d’épicéas et de peupliers… Faites chauffer les mollets, cette vue surréaliste en vaut la peine !

©loeildeosWebsite

24. Black Canyon of the Gunnison National Park, Colorado

Avec ses parois couleur charbon, le Canyon Noir n’aura pas démérité son nom. Contrastant avec les eaux bleues de la rivière Gunnison qui coule violemment en contrebas, ces pans sombres et abruptes résistent tant aux rayons du soleil qu’aux marcheurs. Car s’il est facile de s’y déplacer quand on s’en tient aux chemins des crêtes, descendre vers les rives de cet affluent du Colorado relève d’un autre partie de plaisir…. Grignotée jour après jour par la rivière, cette gorge abrupte (plus de 800m) et étroite fait en tout cas le bonheur des alpinistes qui viennent défier la verticalité de ces parois de gneiss et schiste.

25. Mesa Verde National Park, Colorado

Dans l’extrême sud-ouest du Colorado, le Mesa Verde est l’un des seuls parcs des USA qui abritent sous d’immenses falaises de grès d’anciennes habitations troglodytiques construites par des Indiens entre le 6ème et 14ème siècle après JC. Un véritable voyage dans le temps !

26. Canyonlands National Park, Utah

Canyonlands, c’est un concentré des paysages les plus emblématiques de l’Ouest Américain. Rivières tortueuses, canyons rougeoyants, arches et aiguilles, plaines désertiques, végétation hirsute, animaux sauvages… Tout y est. L’air est sec, les vues époustouflantes. S’il est assez fréquenté, le plus grand parc national d’Utah a assez place pour tout le monde : Island in the skye (nord), The Needles (sud), The Maze (ouest)… vous avez le choix!

27. Arches National Park, Utah

2000… C’est le nombre (au minimum) d’arches présentes dans ce parc. Elles sont rouges, oranges, blanches et leurs strates de grès s’irisent au moindre rayon de soleil. Landscape Arche et sa passerelle démesurée, Double Arch, avec ses deux arches en forme de 8 ou encore Delicate Arch, devenue symbole de l’Utah… Avec notre réputation de grands romantiques, difficile de ne pas succomber aux reflets magiques du coucher du soleil sur ces immenses arches rosées.

©Carlos Lazarini – Website

28. Capitol Reef National Park, Utah

Tout au bout de la splendide Scenic Byway 12, le Capitol Reef National Park se dresse tel un récif au milieu du désert. Souvent traversé mais rarement exploré, c’est l’un des parcs les moins connus de l’Ouest américain. Loin des foules, on se lance le long de la splendide Sulphur Creek et on découvre les dômes majestueux de Chimney Rock et du Castle, la vallée encaissée de Waterpocket Fold — cette immense faille dans la croûte terrestre longue de 160km — et, au nord, les monolithes de Cathedral Valley.

©_andydurrant_

29. Bryce Canyon National Park, Utah

Si Bryce Canyon National Park n’a de canyon que le nom —  il s’agit en fait d’un plateau calcaire créé par l’érosion —  nul ne peut débattre de sa beauté. Du blanc au brun en passant par toute une gamme de rouge au jaune, les fameux hoodoos, ces cheminées de fées érodées par le temps et les intempéries, titillent l’imagination de chacun. Entre les forêts de pins et de pierres, quelques biches traversent la route, tandis que de mignons tamias (sortes de petits écureuils) dévalent cet amphithéâtre ocre. Le spectacle est saisissant, les points de vue grandioses. Ne reste plus qu’à enfiler ses baskets et choisir son trail !

© Stephen Crutch

30. Zion National Park, Utah

Ce sont les pionniers mormons qui ont baptisé le parc Zion, croyant avoir trouvé le paradis sur terre (le Sion de la Bible!). Il faut que dire qu’avec ces falaises spectaculaires, l’endroit a quelque chose de céleste. En contrebas du canyon rougeoyant, la fougueuse et capricieuse Virgin River a creusé son lit et alimente les Narrows, ces étroits canaux que l’on arpente en s’agrippant parfois de part et d’autres des parois, de l’eau jusqu’à la taille. C’est le moment jamais où sortir ses cuissardes préférées. Dans cette lancée sportive, on se hisse sur la crête aiguë d’Angels Landing, un chemin incrusté dans la falaise qui n’a rien d’un promenade de santé mais promet un panorama époustouflant sur tout le canyon.

©Jeremy Bishop

31. Great Basin National Park, Nevada

Le Grand Bassin est une ancienne mer intérieure couvrant aujourd’hui presque intégralement le Nevada, la moitié de l’Utah et une partie de la Californie. On découvre ses vallées silencieuses le long d’une magnifique route panoramique et de nombreux sentiers de randonnées (Bristlecone and Glacier Trail, Osceola Ditch Trail…). À Wheeler Parc, on arrive au meilleur spot  de Great Basin, qui nous sort ici le grand jeu avec ses dizaines de chaines de montagne, son magnifique glacier, les Bristlecones (parmi les arbres les plus vieux du monde) et ses dizaines de grottes.

32. Grand Teton National Park, Wyoming

On te voit venir avec ton sourire… Mais si ce parc a un nom un poil libidineux, c’est aussi et surtout l’un des fleurons des montagnes Rocheuses et l’un des dix parcs nationaux les plus visités aux Etats-Unis. Montagnes, vallées, rivières, cascades, lacs à moraine et lacs alpins… le paysage est idyllique et il faudra le partager avec les élans, bisons, cerfs, ours noirs et wapitis qui y ont élu domicile. Bon à savoir : la partie nord a été revendiqué QG officiel des grizzlys. 

©Sheyenne Shamsa – Website

33. Yellowstone National Park, Wyoming

Un des plus grands parcs des USA, le plus ancien, le plus beau des USA (voire du monde ?)… les superlatifs ne manquent pas pour décrire celui qui récolte tous les suffrages. « LE » parc américain par définition ! Parois abruptes de roches jaunes, bassins d’eaux multicolores, sources chaudes et geysers bouillonnants, forêts de conifères et volcans de boue, chutes d’eau et lacs scintillants… Au coeur des Rocheuses, le parc abrite un unique condensé toutes les beautés de l’Ouest américain. Geyser de Old Faithful, bassin Grand Prismatic Spring, Canyon Yellowstone Lake et West Thumb, Mammoth Hot Springs…. Par où commencer ?

©Reservation Confirmed

34. Glacier National Park, Montana 

Amis des grands espaces et amoureux de la nature, il est temps de vous rendre dans ce coin, tout là haut près du Canada. Filant sur la Going-to-the-Sun Road et ses 85km de pur régal, on traverse le Glacier National Park et on prend pleine mesure de la beauté du lieu : pics escarpés et côtes abruptes, vallées ombragées mouchetées de lacs aux eaux laiteuses, cascades effleurant la route et défilé d’animaux sauvages… Une virée au coeur du Glacier National Dark, c’est l’assurance d’une aventure sauvage et accessible !

©coastalkells

35. North Cascades National Park, Washington

Qui connait North Cascades National Park ? Pas grand monde et c’est tant mieux ! Avec un nom pareil, on s’imagine forcément des milliers de cascades géantes…que nenni ! Les Cascades, c’est le nom d’une chaîne de montagnes parsemées de lacs. Et avec sa couleur vert émeraude laiteuse, le Diablo Lake mérite à lui tout seul le voyage ! Sur les hauteurs de ce lac artificiel, on explore des forêts subalpines sur le Blue Lake Trail ou le Thunder Knob. Pour une vue spectaculaire du Washington Pass et de la chaîne des Cascades, on emprunte l’agréable Highway 20 et on se retrouve seuls, face aux montagnes et aux nombreux lacs alpins de la région.

36. Mount Rainier National Park, Washington

Du haut de ce volcan couronné de neige, à près de 4392mètres d’altitude, on marche la tête haute, dominant majestueusement toute la région. Il parait que cet énorme pic volcanique est même visible par temps clair depuis Seattle (à 140km d’ici…)! Pour arpenter le Mont Rainier, l’un des volcans les plus actifs des Cascades, on arpente le Skyline Trail ou on s’offre une épique session d’alpinisme pour atteindre le sommet et surplomber les immenses galeries du cratères. Avec ses dizaines de glaciers et ses mers de glaces, ses forêts touffues et ses immenses montagnes escarpées à la roche presque rouge, on se croirait presque dans les Alpes !

©kevin.smif

37. Olympic National Park, Washington

Des glaciers aux reliefs escarpés, des paysages de montagnes, une côte sauvage (de plus de 100km) en bord de Pacifique, une forêt moussue et humide… la péninsule montagneuse de l’Olympe National Park, reliée au continent américain par un isthme, a été laissé à l’état sauvage et est en grande partie dépourvue de routes.

38. Crater Lake National Park, Oregon

Un rond presque parfait, d’un bleu intense. Les Américains le vendent comme l’étendue d’eau la plus pure au monde. Lui, c’est Crater Lake. Le lac le plus profond des 48 états limitrophes des Etats-Unis, formé par par l’éruption explosive du Mount Mazama et alimenté uniquement par l’eau de pluie et la fonte des neiges. Longeant l’iconique Pacific Crest Trail, on s’enfonce gentiment dans d’immenses forêts de pins ponderosa jusqu’à ce lac mythique -une des 7 merveilles de l’Oregon!-. 

39. Redwood National and State Parks, Californie

Le Redwood National and State Park, c’est une bande étroite de 458km2 serpentant le long de la côte nord de la Californie. Des hectares d’arbres vertigineux à s’en luxer la nuque… Pour se repérer dans ces forêts, c’est facile il y a deux types d’arbres : les Redwood — les grands à l’écorce rouge sombre — et les séquoias — les bien gros à l’écorce plus brune. Pour rejoindre la clairière où se trouve le cœur de la forêt, la Redwood Creek, on emprunte un sentier tout en lacet et curiosités. Pour tenter d’apercevoir les baleines grises en migration, on se ballade le long du littoral, avant de prendre une belle claque visuelle dans le canyon des fougères géantes.

©Sam Lee – Website

40. Lassen Volcanic National Park, Californie

Avec ses foyer de fumerolles, ses lacs impassibles, ses montagnes accidentées et ses nombreux volcans, Lassen Volcanic est souvent présenté comme le petit Yellowstone de Californie. Entre paysages alpins et décors surréalistes, on s’aventure dans une région soumise à une forte activité volcanique depuis plusieurs millions d’années. Marres de boues bouillonnantes, tubes de lave, enchevêtrements de pics volcaniques, sources chaudes et cascades… dans ces reliefs lunaires enveloppés par la vapeur, la terre exprime ici toute sa puissance.

41. Yosemite National Park, Californie

BFF des roadtrippers, Yosemite (« prononcez « Yo-cé-mi-ti ») est le parc national par excellence ! Il faut dire qu’avec ses cascades rugissantes, ses dômes granitiques vertigineux et ses forêts balayées par la brise, ce joyau de la Sierra Nevada a tout pour plaire ! Après avoir choisi une des quatre entrées du parc, on s’enfonce au coeur de la Yosemite Valley : El Capitan, Yosemite Falls, Merced River, Tunnel View… chaque spot est ici mythique. Pour un coucher de soleil d’anthologie, direction Glacier Point. En quête de tranquillité, on file sur les hautes terres de Tuolumne, encore très préservé du tourisme de masse. Car, non Yosemite n’a pas perdu toute son âme…

©charlydt

42. Kings Canyon National Park, Californie

Avec ces profonds canyons (1200m de profondeur en moyenne), ses vues vertigineuses, ses forêts millénaires, ses lacs et chutes d’eau, Kings Canyon lui aussi des faux airs de Yosemite… la foule de visiteurs en moins ! Dans ce paysage de sierra luxuriante, n’oubliez pas d’aller saluer le Général Grant Tree, chef de forêt et 3ème plus gros séquoia recensé.

43. Sequoia National Park, Californie

Ici, c’est au General Sherman qu’il faudra aller dire bonjour. 2000 tonnes, 83m de hauteur : les présentations sont faites avec l’arbre le plus grand du monde en volume. Et quel charmant voisinage..! Car le Sequoia et le Kings Canyon National Park sont en fait voisins et abritent quatre des cinq plus gros arbres de la planète. Pour s’offrir  un panorama fabuleux sur la vallée, on grimpe jusqu’au Moto Rock. Et si tu en veux encore plus, direction la Crystal Cave avec son labyrinthe de cavernes et grotte.

©Vladimir Kudinov

44. Pinnacles National Park, Californie

Pinnacles National Park, c’est un mélange fascinant de sable et de roches aux couleurs désertiques. Un terrain volcanique unique de canyons aux parois abruptes, de rochers escarpés et de grottes sinueuses, s’étendant sur plus de 45 kms de long. Les pinacles ce sont ces hautes flèches rocheuses qui s’élèvent des collines couvertes de maquis et sont prises d’assaut par les alpinistes, surveillés de près par les condors de Californie qui veillent sur leur territoire. À savoir : le parc est divisé en deux parties qui ne sont pas reliées entre elles et sont donc joignables uniquement à pied pour le modique effort de 8 kms de randonnée.

45. Channel Islands National Park, Californie

Elles se dessinent parfois dans l’horizon au large de Los Angeles… Flottant paisiblement dans l’étendue bleue du Pacifique, les « Channel Islands », ou îles du Détroit, forment un fabuleux échantillon de ce que la Californie a de meilleur à offrir. Des milliers d’années d’isolement ont fait de ce chapelet d’îles un territoire singulier et sauvage. Ce n’est pas pour rien qu’on les surnomme affectueusement les “Galapagos de Californie”! Anacapa (la plus proche), Santa Cruz (la plus grande), Santa Catalina, San Miguel, Santa Rosa, Santa Barabara… ne reste plus qu’à choisir.

46. Joshua Tree National Park, Californie

Quelques arbres épineux, des buissons éparses, du sable, du sable, encore du sable…On est en plein dans le cliché ! Flanquée entre le haut désert de Mojave et le désert du Colorado aux altitudes basses, cette plaine désertique a de quoi surprendre. Sous un soleil vif, on erre sur ces routes sans fin, croisant ici et là, un de ces arbres mythiques ou ces étonnants rochers aux formes souvent arrondies. Pour te la raconter, évite de dire que tu as été dans le parc de l’arbre José, mais réajuste plutôt ton chapeau de cowboy et raconte ton périple à « J-tree ».

©Vagabondiary – Website

47. Death Valley National Park, Californie

Pas de carcasses animales ni crânes blanchis en perspective ici. Non, la Death Valley n’est pas (qu’) un désert impitoyable : si le plus grand parc national des États-Unis (13 354 km2 tout de même) est fait de cactus et dunes de sable, il abrite aussi de magnifiques montagnes et mers de sel, des cratères lunaires et roches multicolores, des sommets enneigés et canyons tortueux. Mais il faudra être méfiant dans cette région brûlée par le soleil…enfonce bien ton bob, ça tape sévère par ici !

©charlydt

« Au-dessus de nous, la beauté. Devant nous, la beauté. Derrière nous, la beauté… partout, la beauté« … À mesure que l’Amérique déroule ses étendues, il n’y est pas un instant sans que résonne en nous ce fameux proverbe amérindien. Tour à tour s’enchainent des lieux parfois oubliés et endroits qui ont nourri notre imaginaire collectif. Et soudain le rêve devient réalité. 

  • Kevin 23 January 2018

    Exceptionnel d'avoir listé autant de parcs nationaux

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *