Trois potes et un break pour un road-trip en Espagne

Tout ce qu'on voulait, c'était partir loin de Lacanau, loin de la foule et de tout ce qu'on connait déjà...

Chez Les Others, on vous raconte souvent des aventures au bout du monde, des histoires complètement folles d’ascension ou de traversée. Mais parfois, une vieille voiture, des potes et quelques bières peuvent suffire. Olivier, Breton et Adri sont partis comme ça, un peu au hasard, en direction de l’Espagne. Aucun plan à suivre, aucun défis à relever, juste l’envie d’être ensemble et de bien se marrer.

● ● ●

On n’est pas des grands aventuriers. Quoi que, Breton a quand même fait la transatlantique avec un bateau à voile et pleins d’histoires assez dingues… Mais à part ça, on se contente de se promener à la cool. En général, le but est d’aller voir des endroits jolis et de boire des choses interdites aux enfants. Et de ce côté là, on a été servis.

On est partis de Lacanau Océan – la maison – avec le kangoo jaune de La Poste de Breton et mon bon vieux 305 break Peugeot, qui roule toujours du tonnerre malgré ses 30 ans bien tassés. Premier arrêt : Anglet. Étant des grands amateurs de bouffe, on a fait une pause dans l’un des meilleurs restaurants du coin, avec son enseigne en forme de grand M jaune, avant d’aller faire quelques courses. Puis il a fallu attendre que Breton retrouve les clefs de sa  voiture, qui étaient bien entendu tombées dans les poubelles du dit resto. Une fois les clefs repêchées, on est partis acheter quelques bières et retrouver des potes pour une dernière nuit dans une « vraie » maison avant de prendre la route.

Inutile de vous raconter la soirée ici, on ne sait pas qui pourrait nous lire. Le matin, on s’est lavé, on a préparé nos affaires et c’était parti pour l’Espagne ! Ah non, attendez, Breton ne pouvait pas monter dans son Kangoo car il avait laissé les clefs à l’intérieur, avec les portes fermées, bien entendu. On l’avait attendu la veille, on pouvait bien l’attendre encore un peu, le temps que le dépanneur arrive… Cette fois c’est bon, tout le monde est prêt ?

Après quelques heures de route, on est arrivés au désert des Bardenas, qu’aucun de nous ne connaissait. On se serait cru dans un film de cow-boys ! Peut-être parce que pas mal de westerns ont été tournés là-bas, tiens. La soirée commençait plutôt bien. On a garé les voitures en hauteur, avec vue sur tout le désert, un coucher de soleil incroyable, des bières, un fusil à plomb, une température agréable… On a posé la tente d’Adri, et on est allés se coucher. En toute tranquillité.  Mais ça n’a pas duré : une grosse tempête s’est subitement levée ! Une pensée émue pour Adrien, qui dormait dans sa tente…

Le lendemain, on a plié bagage vite fait, après cette nuit mouvementée. J’avais bien envie de faire une photo d’un pote fusil à la main en roulant, donc a rien trouvé de mieux à faire que de prendre la route en direction de la base militaire, assis sur la portière, avec le fusil braqué sur eux… Bon, ils ont bien du voir qu’on était que des petits rigolos, mais avec le recul je me dis que ce n’était vraiment pas la meilleure des idées.

Après s’être baladés dans le désert, on est partis en direction des Picos de Europa, histoire de se perdre dans les montagnes et de tester l’alcool local. Le décor n’avait plu rien à voir ! On a quitté les roches rouges et des températures bien trop élevées pour de grands espaces verts et un petit vent frais. On est arrivés au bord d’un lac : une petite baignade était toute indiquée. Mais l’eau était froide, très très froide… Je m’arrêterai là. Encore une fois, des enfants pourraient nous entendre.

On est partis explorer les environs. Un peu trop loin, visiblement, vu qu’on s’est fait courser par un gros chien qui protégeait ses troupeaux. Voir trois abrutis de Français partir en courant et se casser la gueule dans la boue, ça a bien fait marrer les touristes du coin. On ne peut pas leur en vouloir, c’est vrai que c’était marrant. On a décidé de dormir sur place, mais étant en altitude, la nuit fut très froide, surtout sur un matelas gonflable ! J’ai d’ailleurs investi dans un matelas en mousse, depuis. Une information comme une autre.

 

Vu les température, on était tous debout à 7 heures du matin, congelés. On a froid ? Alors allons là où il fait chaud. On a repris la route en direction de l’océan, un peu au hasard. En une heure, on a trouvé un coin génial : eau turquoise, soleil, chaleur, personne sur la plage. Exactement ce qu’il nous fallait.

Voilà. On a continué comme ça,pendant encore quelques semaines et des centaines de kilomètres. On a découvert des endroits qu’on ne connaissait pas, fait une nuit par ci, une nuit par là, des feux de camps, des nuits tranquilles, d’autres plus agitées. Tout ce qu’on voulait, c’était partir loin de Lacanau, passer l’été loin de la foule et de tout ce qu’on connait déjà. On n’est pas partis à l’autre bout du monde, on n’a pas eu d’aventures complètement folles, mais c’était cool. Des petites moments juste comme ça, entre potes, ça fait du bien. Jusqu’au prochain !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *