Sign Painters – Vidéo / Sam Macon & Faythe Levine

Il suffit de remonter aux années 80 pour se rappeler qu’il fût un temps où les affiches, les bannières, les vitrines des magasins étaient toutes dessinées à la main, ou plutôt au pinceau et à la peinture. Mais, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres métiers spécialisés, plus le temps est passé et plus les qualifications humaines ont dû faire place aux machines et autres nouvelles technologies de l’impression. Plus rapides et moins chères. Heureusement, la tendance est aujourd’hui au retour aux sources, les peintres d’enseignes traditionnels existent toujours et leur talent pour la typographie connaît un vrai regain de popularité. C’est avec ce constat que les deux réalisateurs Faythe Levine et Samuel J. Macon ont décidé en 2010 de parcourir  les États-Unis à la recherche de ces irréductibles et dévoués professionnels, pour recueillir leur témoignage et en faire un long-métrage : Sign Painters. En tout, c’est l’histoire de 24 de ces peintres aux profils très différents – jeune, vieux, en solo ou en équipe, créatif émergent ou artiste expérimenté – qui est racontée dans le film.

« La première chose que nous avons faite a été de nous rendre dans le Nord-Ouest Pacifique pour y rencontrer un couple de peintres », explique Macon à propos des débuts du film en 2010, avant que le projet n’ait évolué 2 ans plus tard en un livre agrémenté d’une préface d’Ed Ruscha, lui-même un ancien peintre d’enseignes. « Non seulement il y avait là-bas encore beaucoup de peintres d’enseignes encore en activité, mais ils ont aussi tendance à être de merveilleux compteurs d’histoire. »

Il y a quelques jours, les deux réals ont mis en ligne via NOWNESS un edit de 8 minutes qui vient s’ajouter au long-métrage en présentant 4 nouveaux profils : le jeune Sean Barton de Seattle, le moustachu Mike Meyer du Minnesota, le duo formé par Paul Lindahl et Adrian Moeller à Brooklyn et la relève annoncée en la personne de Marjory Garrison, d’Echo Park, Los Angeles.

Capture d’écran 2013-10-28 à 19.09.09

Shorts on Sundays: Sign Painters on Nowness.com

Après avoir traversé les théâtres et autres galeries américano-canadiennes en long, en large et en travers, le docu visitera ponctuellement Birmingham et Leeds, le 1er et le 7 novembre prochain, puis Belfast le 14 et enfin Berlin le 30. On ne désespère pas de le voir arriver en France avant sa probable mise en ligne gratuite. Pour tout renseignement et demande particulière de projection, rendez-vous sur le site officiel du film.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *