Latest Posts

Inspiration

Aventures

Joshua Garrett Grubb, du rock psychédélique à la course dans le désert

Il fut un temps où l’homme courait pour échapper au danger. S’il s’agit toujours de fuir, c’est désormais loin du quotidien.

L’an dernier, dans notre troisième volume papier The Smoky Issue, on vous présentait le projet « Aire libre » mêlant course à pied, méditation et découverte de peuples oubliés dans le désert mexicain. Aujourd’hui, c’est au tour de l’ultra-runner Joshua Garrett Grubb – ambassadeur de la marque Satisfy – de nous expliquer pourquoi la course est peu à peu devenue pour lui une véritable nécessité.

 


 

Novembre 2016. Pierre David et Gabriel Novis traversent la Californie. Ils ont rendez-vous avec Joshua Garrett Grubb, nouvel ambassadeur pour la marque de running Satisfy, créée en 2015 par Brice Partouche. Un jour, Joshua fut musicien dans un groupe de rock psychédélique. Aujourd’hui, il court au milieu du désert et des arbres qui portent son nom.

Son itinéraire débute il y a quelques années, à la lumière d’une lampe frontale sur le pavé de Los Angeles. La santé le rattrape, les voix dans sa tête l’assomment. Joshua traine ses années d’écarts comme autant de boulets aux pieds. Un ami lui propose de courir : il n’a plus rien à perdre. Concentré sur le rond de lumière qui éclaire ses pas, Joshua voit à peine défiler la ville qui l’entoure. Jusqu’au jour où il pousse un peu plus loin. Le soleil se lève, il découvre des paysages inconnus.

Joggeur devenu coureur, Joshua a trouvé la liberté. La liberté de ne plus s’arrêter aux feux rouges, de regarder loin devant, vers une toute autre skyline. Il quitte la ville pour le désert et le bruit pour le silence. Avec pour seule musique le rythme de son coeur et de ses pas, le musicien veut échapper au tempo de la vie, aux factures, aux ennuis.

Il est tôt, le soleil dessine peu à peu l’horizon. Joshua entre dans sa transe quotidienne au milieu de désert. Si Pierre et Gabriel sont avec lui, le coureur est ailleurs. Suivre Joshua peut parfois s’avérer difficile. Tant dans sa course que dans ses mots, il s’égare régulièrement. Mais il avance, dans la poussière et les roches, un paysage presque lunaire.

Il ne s’agit pas de suivre un itinéraire tout tracé. Il ne s’agit pas non plus d’établir une performance. Entre les arbres pluri-centenaires, la douleur monte mais Joshua ne la fuit pas. Il cherche la sensation, le « niveau supérieur ». Son salut, il le trouve là-haut, dans le « chant de la montagne » que trop d’hommes ont, à son goût, oublié.

Possédé, il l’est certainement. Addict, il l’est tout autant. Mais à un nouveau type de LSD (Long Slow Distance). Une force invisible, impalpable, qui le pousse à repousser ses propres frontières. Chaque pas est une conquête, à la découverte d’un monde intérieur et des batailles qui l’animent. Le trail a ceci de fascinant qu’il permet de faire la paix, de méditer, de reconnecter avec une nature souvent négligée.

Si courir est une réponse, Joshua Garrett Grubb n’en connait pas la question. Il court pour lui et à cause de lui, comme un besoin primaire, une évidence. Si vous lui demandez pourquoi il court, il vous demandera pourquoi vous ne courrez pas.

Cet article a été rédigé en partenariat avec Satisfy Running.
Retrouvez toutes les pièces de la collection sur leur site.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NE MANQUEZ RIEN !

Un bon bol d'air frais et de créativité, 
une fois par semaine 
dans votre boîte mail


MERCI BEAUCOUP !

Et à très vite...