Latest Posts

Inspiration

Aventures

Révise tes classiques #7 – The Notorious B.I.G. / Juicy

Notorious-BIG-Ready-To-Die1-1024x1024[1]

1994 : La Californie est définitivement le bastion du rap, Pac est au sommet quand le G-Funk de Dre et Snoop envahit les ondes.

La East Coast a du mal à se renouveler et à récupérer sa couronne mais un producteur peu connu du nom de Puff Daddy décide de produire un jeune rappeur talentueux, Christopher Wallace aka The Notorious BIG sur son label, Bad Boys Record. C’est ainsi que va naître un classique parmi les classiques, Ready To Die.

Tout comme Illmatic sorti la même année, ce disque va avoir une énorme influence sur le rap. Il est le reflet d’une époque où le hip-hop était à son âge d’or et où chaque classique posait les fondations d’un genre encore en construction . Ce morceau va surtout révéler un des meilleurs MC qui ait touché le mic : Biggie Smalls.

Dealer avant d’être rappeur, c’est dans son vécu qu’il puisait le réalisme et la force de ses lyrics. Excellent storyteller, il arrivait à dépeindre une scène en quelques mots et à nous immerger dans la cruauté et la violence de Brooklyn tout en gardant un détachement et un sens de l’humour salvateur. Véritable génie du rap, il débitait la plupart de ses textes de tête et sa façon d’écrire très dense, simple à comprendre mais très complexe dans la forme, laissait place à de nombreux jeux de mots et assonances. Une voix puissante et charismatique, une manière d’articuler et de faire claquer les mots toujours en rythme avec le beat : derrière sa bonhomie et sa nonchalance, Biggie était intouchable.

Si Ready To Die est l’un des plus grands classiques du rap, Juicy en est sa pièce maîtresse.

It was all a dream

Un des morceaux les plus mythiques du hip-hop, étendard d’une époque en or, d’un album prophétique et d’un MC d’exception qui enchaîne, d’une traite, des rimes addictives sur un beat des plus funky extrait de Mtume, Juicy Fruit. Son flow précis et sa manière d’assembler les mots nous obligent à rapper avec lui :

Birthdays was the worst days
now we sip champagne when we thirstay

Si une seule track devait représenter sa vie, ça serait sans conteste celle-ci : de la drogue au rap, du ghetto au succès, Biggie a à peu près tout vu.

Damn right I like the life I live
Cause I went from negative to positive

Evidemment, vous connaissez tous le fin mot de l’histoire, 3 ans plus tard BIG se faisait assassiner au sommet de sa gloire, sûrement à cause des tensions entre les deux côtes, laissant le hip-hop orphelin d’un de ses plus grands.

R.I.P. Christopher Wallace.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NE MANQUEZ RIEN !

Un bon bol d'air frais et de créativité, 
une fois par semaine 
dans votre boîte mail


MERCI BEAUCOUP !

Et à très vite...