Latest Posts

Inspiration

Aventures

Adventure #13 : Le chemin de Stevenson, France

Paul, Antoine, Maxime et Antonin sont partis à l'aventure à travers les Cévennes sur le chemin de grande randonnée GR70, baptisé du nom de l'auteur de L'île au trésor.

Ça commence comme beaucoup d’autres histoires : quatre garçons coincés dans leurs quotidiens respectifs et l’envie de prendre l’air. « Il faut qu’on parte, qu’on fasse un voyage. » Encore à mi-chemin entre l’enfance et l’âge adulte, nous sommes portés par le désir devenu aujourd’hui presque utopique de vivre une aventure. Tous les week-ends nous nous retrouvons autour d’une bière et rêvons notre voyage : départ, le Puy-en-Velay ; nous prendrons le chemin de Stevenson et de son âne, puis nous traverserons les Cévennes jusqu’à la maison de l’oncle d’Antonin, dans un village appelé Dourbi.

Enfin vient l’été.

J’apprivoise doucement mon sac à dos pendant les changements de trains, je marche dans les différentes gares, j’essaye de me faire à cette nouvelle identité qui m’attends, que j’emprunterais encore plus d’une fois : le voyageur.

Une fois arrivé, je retrouve mes copains au Puy-en-Velay, ils ont l’air aussi préparés que moi. Le lendemain, nous sommes déjà sur les chemins. Nous nous amusons d’un rien, trouvons tout incroyable. Nous nous sentons terriblement puissants et libres, autant que dépendants dans cette nature, cet environnement tout autre auquel nous devons nous adapter.

Manger dehors autour du feu, planter nos tentes dans les champs, se laver dans les rivières, c’est sûrement ça que nous voulions.

Nous ne savions pas à quoi nous attendre et c’est que nous cherchions. Nous avons pris conscience de beaucoup de choses. On peut dire que nous avons, littéralement, « pris conscience », tout simplement. Le mode de vie occidental, à l’heure de la mondialisation, du numérique et de l’instantané, fausse toute conscience du temps et de l’espace. Nous avons pris conscience de cela, qu’une journée durait 24 heures, parce que nous marchions du matin jusqu’au soir. A pieds, nous avons réalisé ce qu’était en vérité un kilomètre, deux, trois. Nous étions dépendants du temps et de l’espace.

Celui qui marche dans la nature prend conscience de son propre corps, de ses capacités, de ses besoins, du plaisir et de la douleur. Cette randonnée nous a permis de nous rendre compte que nous avions besoin, au fond de nous, de nous retrouver, de retrouver ce que c’est d’être vivant.

Paul Fleury, Antoine Bauchet, Maxime Lizere et Antonin Blanchard

10428982_10203787372782580_502731936_n

10416704_10203803832274057_540413081_n

10438808_10203803830874022_1095033370_n

10374346_10203787416783680_982977785_n

10405771_10203787407143439_146631720_n

10416874_10203787417063687_440763953_n

tumblr_n4p5esGj3B1ru0arpo1_1280

10439676_10203803832314058_324496702_n

10423489_10203803831874047_1135498508_n

10419893_10203803872835071_1338982001_n

10417125_10203787378182715_193364814_n

10388508_10203787373862607_527877765_n10428902_10203787420463772_957575826_n

  • Guillaume 23 July 2015

    Tout ce qu'on aime. Merci du partage :-)

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NE MANQUEZ RIEN !

Un bon bol d'air frais et de créativité, 
une fois par semaine 
dans votre boîte mail


MERCI BEAUCOUP !

Et à très vite...