Les 9 plus belles randonnées de Nouvelle-Zélande

Entre forêts tropicales, fjords, volcans et glaciers, découvrez les plus beaux itinéraires de randonnée en terre maori

Après vous avoir présenté les 9 plus belles randos de France, on s’en va à l’autre bout de la planète pour marcher à travers la Nouvelle-Zélande. Le Department of Conservation a regroupé sous l’appellation « Great Walks » les neuf plus belles randonnées du pays. Moins connues que les itinéraires permettant d’accéder aux iconiques Mont Cook, Roys Peak ou Arthur Pass, qui ne nécessitent que quelques heures de marche, les Great Walks vous emportent pour plusieurs jours au plus profond du bush néo-zélandais.

 

● ● ●

 

La terre Aotearoa, en maori, compte des itinéraires exceptionnels au beau milieu d’une nature sauvage et préservée. Plus qu’une activité, la randonnée est un sport national voire un état d’esprit, si bien que les Néo-Zélandais ont inventé leur propre terme : le tramping (« vagabondage »). Alors on enfile ses chaussures et son sac à dos pour traverser des ponts suspendus et des forêts tropicales, gravir des montagnes et des volcans, pour finir entre les fjords, les rivières et l’océan.

Bonne nouvelle : l’accès aux sentiers de Nouvelle Zélande est totalement libre et le pays ne demande aucun permis d’accès aux parcs nationaux. Si elles sont réputées accessibles avec des sentiers bien entretenus et balisés, les Great Walks restent de longues randonnées, de 2 à 6 jours et de 32 à 145 km. Préparation, équipement et prudence sont donc de rigueur ! On n’oublie pas son sac de couchage, de la nourriture, de l’eau ainsi que des vêtements chauds et imperméables car le temps est particulièrement changeant en Nouvelle Zélande. Il est ainsi préférable de partir l’été, d’octobre à avril, pour limiter les risques.

En matière de logement, le camping sauvage n’est pas autorisé sur les Great Walks mais d’autres choix s’offrent à vous. De nombreux refuges (« huts ») sont accessibles le long des sentiers et sont réputés comme les mieux équipés du pays, avec eau, toilette, cheminée voire panneaux solaires pour certains. Leurs prix varient de 15 à 70 NZ$ par personne en fonction du lieu et de la saison. Des campings jalonnent également chaque parcours, à l’exception du Milford Track. Le prix oscille entre 5 et 20 NZ$ par nuit.

Attention : mieux vaut réserver votre place en hut ou votre emplacement de camping à l’avance via le site du Department of Conservation (DOC). De mai à octobre, la neige rend certains sentiers plus difficiles d’accès et la réservation en ligne est alors suspendue. Rendez-vous directement dans les bureaux du DOC pour obtenir le précieux sésame (alors réservé aux randonneurs expérimentés).

À noter : en juin 2018, le DOC a annoncé vouloir effectuer un test sur 7 mois en allant jusqu’à doubler le prix des huts et des campings de certaines Great Walks (Milford, Kepler, Abel Tasman Coast et Routeburn) pour les visiteurs étrangers. Affaire à suivre…

1. Routeburn Track

Topo-guide : 2 à 3 jours, 32 km
Localisation : Île du Sud
Niveau de difficulté : Facile à intermédiaire
Particularités : Randonnée entre deux parcs nationaux, entre vallées et montagnes

Située entre les parcs nationaux du Fiordland et du Mount Aspiring, la Routeburn Track est une marche entre les sommets des Alpes du Sud. Le long du sentier, on rencontre des forêts de mousse, des lacs aux eaux translucides, des cours d’eau que l’on franchit à l’aide de ponts mobiles et des cascades qui tombent le long des montagnes. S’il est évidemment plus agréable de randonner par beau temps, un jour de pluie vous offrira des chutes d’eau encore plus impressionnantes !

Pour une randonnée d’une demi-journée, il est possible d’entreprendre le Key Summit, magnifique portion du sentier en haut de laquelle on découvre une vue panoramique sur les monts alentours. De plus, la Routeburn étant relativement courte (32 km), les plus motivés pourront l’effectuer en une journée, à condition toutefois de dormir à un endroit proche des points de départ et d’arrivée.

© Sam David SmithFacebookInstagram

2. Lake Waikaremoana

Topo-guide : 2 à 4 jours, 46 km
Localisation : Île du Nord
Niveau de difficulté : Intermédiaire, accessible à toute période de l’année
Particularités : Forêt tropicale indigène

Les terres sur lesquelles la randonnée du lac Waikaremoana trail sont celles d’un peuple maori local appelé les Nāi Tūhoe, les « enfants de la brume ».  Le trail alterne entre marche le long de l’eau et dans la forêt. Abritant de nombreuses espèces d’oiseaux dont le fameux kiwi, elle se distingue par sa forêt luxuriante – la plus vaste de l’île du Nord – et ses plages isolées.

Comme sur bien d’autres Great Walks, il est possible de faire des petits extras le long du chemin : n’hésitez pas à faire un détour pour aller voir les chutes Korokoro ou pour monter en haut du Panekiri Bluff et apprécier le panorama sur le lac.

3. Tongariro Northern Circuit

Topo-guide : 2 à 3 jours, 43 km
Localisation : Île du Nord
Niveau de difficulté : Intermédiaire, requiert plus d’expérience en hiver
Particularités : Randonnée au milieu de volcans actifs, lieu de tournage du Seigneur des Anneaux

Si la randonnée d’une journée du Tongariro Alpine Crossing est de loin la plus fréquentée de Nouvelle-Zélande, rares sont ceux qui connaissent l’existence de la boucle bien plus calme du Northern Circuit, dans le même parc national. Après avoir commencé sur la portion fréquentée, le sentier se sépare juste au niveau des Emerald Lakes – l’arrêt photo incontournable de la rando.

On descend ensuite dans l’impressionnante vallée Oturere. S’ensuivent une ou deux journées de solitude et de calme absolu au milieu de volcans actifs. La terre aride, les lacs et la brume composent par endroit un paysage lunaire. Le vent, lui, crée des sifflements curieux entre les roches volcaniques qui participent à l’atmosphère mystique des lieux. Quelques points forts de ces deux à trois jours de marche : le volcan Ngauruhoe, “Mount Doom” dans Le Seigneur des Anneaux et la Waihohonu Hut, impressionnant refuge refait à neuf et surnommé “The Palace” par les wardens du coin.

© Daniel Chen

4. Whanganui Journey

Topo-guide : 3 à 5 jours, parcours de 87 ou 145 km
Localisation : Île du Nord
Difficultés : Pas de difficulté particulière. Ouverte toute l’année mais gare aux conditions difficiles en hiver, avec réservations obligatoires pendant la saison des Great Walks
Particularités : se parcourt en kayak ! 

La Whanganui Journey est la seule Great Walk qui n’en est pas vraiment une puisqu’elle se fait en fait en kayak, le long de la rivière. Sur la version longue de 145 km, le parcours traverse pas moins de 200 rapides, qui restent néanmoins accesssibles aux débutants.

À part un village que l’on croise le deuxième jour de la descente, les alentours de la rivière sont vierges de toute occupation humaine. Il est également possible de marcher jusqu’au Bridge to Nowhere, un pont isolé au fin fond de la forêt tropicale ayant servi à desservir un village de soldats lors de la Première Guerre mondiale.

5. Milford Track

Topo-guide : 4 jours, 53,5 km
Localisation : Île du Sud
Niveau de difficulté : Intermédiaire, risque d’avalanche et d’inondation hors saison !
Particularités : De loin la plus connue des “Great Walks”

La Milford Track est si populaire qu’il faut la réserver plus à l’avance encore que les autres Great Walks : il n’est pas rare qu’elle soit complète pour l’année entière ! Le camping n’y est pas autorisé et les seules possibilités d’hébergement sont donc les refuges. Véritable vitrine de la randonnée en Nouvelle-Zélande, elle est aussi chargée d’histoire puisqu’elle suit les traces des premiers explorateurs du pays, et plus précisément de l’explorateur écossais Quintin McKinnon, qui a découvert la route en 1888.

La Milford Track est nichée au sein du parc national du Fiordland, avec ses montagnes et fjords iconiques. Le sentier, qui n’est pas une boucle, ne peut se faire que dans une seule direction : il commence en amont du lac Te Anau et se termine dans les célèbres Milford Sounds, les fjords les plus réputés du pays. Passant par un col de montagne et des lacs aux eaux cristallines, avec des vues donnant sur toute la vallée, la Milford Track mérite bien de figurer parmi les plus belles randonnées du pays.

© Sam David SmithFacebookInstagram

6. Heaphy Track

Topo-guide : 4 à 6 jours, 78,4 km
Localisation : Île du Sud
Niveau de difficulté : Intermédiaire
Particularités : Sur les traces de la culture maori

La Heaphy Track se trouve juste à côté du sentier d’Abel Tasman, au nord-ouest de l’île du Sud. Elle se distingue notamment par la diversité de ses paysages : de la forêt tropicale aux plaines en passant par les collines plus élevées et les plages de surf, il y en a pour tous les goûts. C’est à cet endroit que les Maoris recherchaient les pierres de jade et que les chercheurs d’or du 19e siècle se sont établis.

Le sentier se trouve dans le parc national de Kahurangi, le deuxième plus grand du pays après le mythique Fiordland, et est connu pour ses roches variées et ses nombreuses grottes. Pour ceux en quête d’adrénaline, il est aussi possible de parcourir la Heaphy Track en VTT pendant la basse saison, entre le 1er mai et le 30 novembre.

© Coffeexcontemplation

7. Abel Tasman Coast Track

Topo-guide : 3 à 5 jours, 60 km
Localisation : Île du Sud
Niveau de difficulté : Facile, accessible à toute période de l’année
Particularités : Plages de sable blanc et eau turquoise

La randonnée du parc national Abel Tasman est une des plus populaires du pays, et l’on comprend vite pourquoi : elle peut se targuer d’être dans la région la plus ensoleillée de Nouvelle-Zélande et de longer l’une des plus belles côtes du pays ! Il est possible de faire la rando entière sur plusieurs jours, ou bien de choisir une portion en y accédant par water-taxi ou canoë.

Le long du parc national se trouve la réserve marine de l’île de Tonga, avec ses eaux cristallines dans lesquelles on peut nager ou faire de la plongée après une bonne journée de marche. Attention toutefois au niveau des marées : la Abel Tasman Coast Track compte une partie qu’il n’est possible de traverser qu’à marée basse, d’où l’importance de se renseigner avant d’effectuer ses réservations, sous peine de devoir rebrousser chemin !

8. Kepler Track

Topo-guide : 3 à 4 jours, 60 km
Localisation : Île du Sud
Niveau de difficulté : Intermédiaire
Particularités : Sur les crêtes des Fiordlands

Ouverte en 1988, la Kepler Track est la plus jeune des trois randos mythiques du Fiordland. Créée après la Routeburn et la Milford, elle a été pensée pour désengorger ces dernières. C’est aussi l’une des rares Great Walks ayant été tracée dans un seul but de loisir, alors que les autres sont d’anciens chemins utilisés par les Maoris ou les premiers explorateurs.

La première moitié se compose d’une randonnée sur les crêtes du parc, promettant des vues époustouflantes sur la chaîne de montagnes. Autour du point culminant se trouve la Luxmore Hut, temps fort de la rando et endroit idéal pour faire une pause déjeuner ou passer la nuit avec la promesse d’un lever de soleil inégalé le lendemain. Là encore les emplacements de camping sont moins nombreux que les refuges, et il est donc important de bien préparer ses étapes à l’avance pour ne pas se retrouver avec deux sections du sentier à faire en une journée.

© Loic Naessens – Facebook –  Instagram

9. Rakiura Track

Topo-guide : 2 à 3 jours, 32 km
Localisation : Île Stewart

Niveau de difficulté : Facile, accessible à toute période de l’année
Particularités : Une faune et une flore exceptionnelles

La Rakiura Track est le seul sentier de randonnée qui se trouve sur la petite île Stewart, point le plus austral du pays au large de l’île du Sud. Il consiste en une boucle de 32 km au coeur de paysages qui n’ont que très peu changés au cours des derniers milliers d’années.

Là encore, de nombreuses forêts sont à découvrir ainsi que les fougères emblématiques de Nouvelle-Zélande. Le sentier alterne entre forêt et côtes. Il longe notamment plusieurs plages sauvages sur lesquelles se trouvaient autrefois des village maoris. Les ornithologues et autres passionnés de faune néo-zélandaise se réjouiront d’apprendre que l’île Stewart abrite aussi une grande quantité d’oiseaux, dont certaines espèces endémiques rares et quelques… 20 000 kiwis !

© Walk my World – Facebook

Bonus : Paparoa Track

Topo-guide : 2 à 3 jours, 55 km
Localisation : Île du Sud
Niveau de difficulté : Facile à intermédiaire
Particularités : Peut aussi se parcourir en VTT

Le Department of Conservation a annoncé l’ouverture d’une dixième Great Walk pour 2019. Dans le parc national Paparoa, la randonnée du même nom traverse de petits sommets alpins ainsi que des forêts tropicales. En haut des montagnes, la vue sur la chaîne des Alpes du Sud et la mer de Tasman promet d’être imprenable…

 

  • Harmonie 12 September 2018

    L’article qui tombe a pil poil! Je pars en Nouvelle Zélande mi-Octobre :)

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *