Un week-end de décembre sur les falaises d’Étretat

Prendre la route en direction du Nord, pour retrouver la mer, la brume et le vent

Parfois, on a besoin de partir. Prendre la route, loin de la ville, du travail et du stress. Ainsi nous étions allés faire le tour de la presqu’île de Crozon le temps d’un week-end pluvieux, pour un récit publié dans Les Others Magazine Volume 6. Maeva et Warren ont eux aussi improvisé quelques jours d’aventure en direction d’Étretat et de ses falaises sculptées par la mer.

 


 

Q
uand Maeva m’a parlé de son envie irrésistible de voir les falaises d’Étretat, j’ai vite préparé ce petit séjour hors saison pour profiter pleinement du paysage sans la foule. C’est donc en décembre que nous avons embarqué pour cette petite escapade de trois jours.

Après avoir chargé nos bagages dans la voiture, on prend la route direction Fécamp. Depuis Paris, il ne faut compter que 2h30 pour arriver sur place. On découvre cette petite ville qui apparaît dans un épais brouillard. Malgré l’attrait de son petit port de pêche et de son beau ponton en bois, on file vers Étretat, impatients de découvrir ce paysage.

Apparaissent enfin les somptueuses falaises et ces arches mythiques. La brume façonne le panorama, le sommet des falaises est invisible. On est presque seuls, ce qui est tellement agréable quand on pense au monde qu’il doit y avoir quand arrivent les beaux jours. On emprunte un parcours assez facile mais glissant avec ce temps humide. On imagine l’Angleterre de l’autre côté de la Manche. La vue sur les falaises est à couper le souffle.

Arrivés au sommet de la grande arche, la plage et la ville sont imperceptibles. Seuls le chant des mouettes et le bruit des vagues roulant sur les galets en contrebas nous indiquent qu’on est à Étretat. La faim commence à se faire sentir mais nous avons tout prévu dans nos sacs à dos : réchaud, casserole et soupe pour se réchauffer. On se rend compte alors qu’il n’y a parfois pas besoin d’aller bien loin pour découvrir des lieux extraordinaires.

Une fois le repas terminé, direction le pied des falaises. On sait qu’il est possible de rejoindre les différentes plages à marée basse grâce à un passage creusé à côté de la grande arche. Malheureusement, nous sommes en hiver et l’eau se retire entièrement à 18h00. La nuit tombe vite et les galets sont glissants. On ne prend pas le risque de s’y aventurer. Il est également tentant de ramener un ou deux galets en guise de souvenir mais un grand panneau sur la digue nous rappelle que cela est interdit : les galets participent à réduire l’érosion de la falaise.

Le lendemain, on décide d’aller explorer l’autre côté de Fécamp. À Senneville-sur-Fécamp, on découvre un petit accès à la plage. Au bout d’un hameau, un escalier descend entre les falaises. La plage est baptisée « Chien-Neuf » et seuls les habitants la connaissent. On rencontre Jean-Baptiste, ancien médecin à la retraite. Il habite une des maisons plus haut et vient ici depuis son enfance. La pêche au filet est sa passion.

Il ramène toujours du homard, du lieu jaune ou de la sole. Il cale ses filets dans les rochers à marée basse et revient à la suivante. Ce jour-là, aucune prise. Il nous explique qu’aujourd’hui il ne pêche plus grand-chose à cause des chalutiers qui ratissent les fonds. Il nous raconte aussi l’histoire de sa région, de ces falaises qu’il voit changer avec le temps. D’ailleurs il assiste souvent à de gros éboulements qui créent des secousses dans un bruit assourdissant.

Le froid humide se fait ressentir et la marée tarde à remonter. Il est temps de laisser Jean-Baptiste s’occuper de ses filets et nous, de rentrer. Le séjour fut court mais intense, aussi visuellement et qu’humainement. Ça fait aucun doute : nous reviendrons ici pour explorer les nombreuses falaises et plages secrètes qu’il nous reste à découvrir.

  • Evangeline 01 February 2018

    Superbes images comme toujours. Je rêve aussi d'aller observer ses magnifiques falaises un jour :).

  • Camille 30 January 2018

    Bonjour, Les photos sont magnifiques. Est ce que vous pourriez me donner le nom des phares ou meur localisation ? Merci

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *