Daniel Kovalovszky, le photographe qui traque le silence de la forêt

Daniel Kovalovszky a étudié et longtemps pratiqué le portrait, sa spécialité. Pourtant, depuis 2011, les sujets que ce photographe installé à Budapest immortalise n’ont plus ni visage ni regard. Face à son objectif, en effet, immobiles et muets : des arbres.

Pour sa série Green Silence, Daniel Kovalovszky a arpenté patiemment la Hongrie, la Roumanie et la Pologne, à la rencontre des pins, boulots et chênes qui peuplent leurs forêts. Un projet contemplatif et poétique, dont l’ambition dépasse le simple contentement esthétique. Le photographe, en immersion parmi les arbres, propose un voyage mystique, une quête existentialiste loin de la civilisation contemporaine et de ses travers :

« Dans la forêt, tout est parfait. Rien n’est en trop et rien ne manque. Tout est à sa place. En ordre, et en silence. C’est ce silence que je traque. Dans ce silence, je cherche l’infini. Dans cet infini, le commencement. Mon commencement ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *