Le projet Born Wild, moins d’écrans et plus d’espace pour les enfants

Ou comment mieux vivre l’expérience outdoor avec sa progéniture.

Quand on se retrouve en famille, j’assiste bien souvent à la même scène qui aujourd’hui n’étonne plus personne. Confortablement installée sur le canapé du salon, ma nièce de 5 ans et demi a les yeux rivés sur la tablette numérique. Plus rien n’existe autour d’elle devant cette fenêtre magique ouverte sur tous les mondes possibles et imaginables. Elle manipule l’engin comme si c’était inné. Rapidement, elle apprivoise les applications, navigue sur le web et parcourt des dizaines de vidéos en balayant habilement la surface de l’écran. Une chose est sûre, le petit maestro maîtrise l’outil à la perfection. De la même manière qu’avec la télévision, les portables des parents et de tout un tas d’autres appareils qu’elle est plus ou moins autorisée à utiliser.

S’il n’y a rien de vraiment surprenant à constater que les enfants s’adaptent aux nouvelles technologies à la vitesse du son, il y a une chose à laquelle nous pouvons être vigilants. Il n’y aurait plus de raisons de sortir de chez soi.

Dernièrement, la sonnette d’alarme a retenti au Royaume-Uni depuis qu’une étude récente a démontré que 3 enfants sur 4 passeraient moins de temps dehors que les prisonniers. Aux Etats-Unis, un rapport stipule que les marmots grimperaient de moins en moins aux arbres et passeraient en moyenne que 5 minutes par jour à jouer dans leur jardin. C’est à partir de ces constats alarmants qu’est né le projet Born Wild.

Le projet Born Wild s’articule autour d’une série de documentaires visant à inspirer les familles qui souhaitent élever leurs enfants au plus près de la nature. Une façon de sensibiliser aux grands espaces, au milieu outdoor et à une éducation les pieds dans l’herbe histoire de se déconnecter des écrans et de se reconnecter au monde extérieur.

Born Wild travaille sur les trois premiers épisodes de sa série grâce au financement participatif. Chaque épisode abordera un thème spécifique comme l’enfance, la maternité ou l’héritage de la vie sauvage tout en mettant en évidence des solutions réalisables face au réel manque de nature chez les jeunes. Au fil des épisodes, on pourra suivre des familles mais aussi des mères accompagnées de leurs enfants en pleine randonnée en Arizona, en train de faire du kayak en Californie, d’explorer les parcs naturels, de pêcher les rivières du Wyoming, de bivouaquer à la belle étoile ou d’apprendre à escalader. Des voix-off viendront s’incorporer aux films apportant une touche scientifique sur le développement de l’enfant et les avantages que le lien avec la nature peut apporter sur la famille et notre environnement.

Le projet Born Wild veut clairement faire réagir les parents et futurs parents à travers des aventures et des histoires toutes générations confondues autour d’une passion commune pour la nature et ses grands espaces. Pour Alisa Geiser, co-fondatrice du projet Born Wild, le but n’est pas simplement d’emmener ses enfants jouer dans les rocheuses, c’est aussi une façon de leur ouvrir les yeux explique-t-elle dans une interview : « Les enfants ont besoin de comprendre qu’ils font partie intégrante de la nature. Ils ont besoin de savoir que la cuisse du poulet qu’ils mangent dans leur assiette provient d’un oiseau et non d’un paquet en plastique. Que la terre coincée entre nos orteils n’est pas seulement de la saleté à nettoyer, c’est aussi ce qui nourrit toutes les plantes et les légumes que nous mangeons. Il ne faut pas oublier que les leçons à tirer de la nature ont une durée de vie et que pour le moment, la classe est toujours ouverte ».

Derrière la caméra, on retrouve Aly Nicklas photographe et réalisatrice des films Coming Home et Knee Deep récompensés par le Mountainfilm Festival. Elle a aussi contribué pour des médias outdoor comme Huckberry ou The Outbound Collective avant de monter le projet Born Wild avec Alisa Geiser. Une autre fidèle des grands espaces qui partage ses histoires en tant que journaliste et écrivain quand elle n’est pas en train de gérer sa propre maison d’édition. Les deux passionnées ne sont pas seules à bord et sont entourées de nombreuses collaboratrices ainsi qu’une communauté toute entière de parents pour réaliser la série dont on pourra visionner le premier épisode Wild Child dès le mois de juin.

Vous pouvez suivre le projet Born Wild depuis le site Internet qui compte ouvrir une plateforme d’échange pour mieux vivre l’expérience outdoor avec sa progéniture.

Credits photos : bornwildproject.com
Texte par Antoine Massot

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *